Le projet – Eu sou o samba (Je suis la samba)

Voilà déjà longtemps que ce projet tenait à cœur de Mildred Aubry, qui désirait montrer aux gens d’ici que la samba ce n’est pas seulement ce que beaucoup de monde croit connaître, ce n’est pas qu’une musique qui accompagne les chars et les festivités de Carnaval.

Pour elle et pour beaucoup de Brésiliens, la samba c’est aussi une composante de la culture si riche de son pays natal au même titre que la bossa nova, le jazz, le swing par exemple.

Eu sou o samba – a été présenté sous forme d’un spectacle musical commenté et chanté par Mildred Aubry qui racontait un peu de l’histoire de la samba. Cette présentation a fait la part belle à des musiques inoubliables de sambistas (musiciens) de différentes époques comme Noel Rosa, Cartola, Adoniran Barbosa, Nelson Cavaquinho, Dorival, Caymmi, Paulinho da Viola, Chico Buarque, entre autres.

Le répertoire comprenait 20 chansons qui font la joie de millions de Brésiliens et des étrangers aussi. Tout le monde apprécie la samba!

La chanteuse Mildred Aubry, accompagnée de Floriano Inacio et Ademir Candido, à la guitare et au cavaquinho, de Tonico da Silva et François Server, aux percussions, a interprété des chansons fameuses comme «Aquarela do Brasil» de Ary Barroso, «Nao deixe o samba morrer» de Edson et Aluisio, «Eu sou o samba» de Zé Kéti, «Saudades da Amélia» de Ataulfo Alves notamment.D’où vient la samba ? 

La samba est née dans les bidonvilles de Rio de Janeiro au début du XXe siècle. En effet, à la fin du XIXe siècle, avec l’abolition de l’esclavage, beaucoup de Noirs se sont dirigés vers cette grande cité pour travailler dans les docks, comme vendeurs de rue ou comme domestiques. Ils ont amené avec eux leurs danses et leurs percussions africaines.

Les premières sambas étaient très influencées par d’autres rythmes de l’époque, comme le maxixe (un rythme très rapide) et la marcha (un rythme simple, binaire et vivace).

Des artistes talentueux tels que Pixinguinha, Donga, Heitor dos Prazeres et Sinhô ont peu à peu inventé les bases de la samba : une musique à 2/4 ou 4/4 dont la structure rythmique peut se réduire à 2/4, le temps fort étant sur le deuxième temps, avec un accompagnement riche en lignes mélodiques syncopées. Le rythme est donné essentiellement par les instruments de percussion, la guitare et le cavaquinho.

Les musiciens

Floriano Inacio Jr.
Enfant de São Paulo, Floriano Inácio Júnior découvre tout jeune le cavaquinho et, dès lors, la musique sera sa vocation. A 12 ans déjà, il accompagne des chanteurs au Brésil.

Aujourd’hui, le piano et le cavaquinho sont les deux instruments de prédilection du musicien qui réside en Suisse depuis 1999. Il a fréquenté le Conservatoire Populaire de Genève ainsi que la Haute Ecole de Musique de Lucerne. Il a joué dans différentes villes et régions de son pays natal. En Suisse, il accompagne et joue au côté de musiciens et chanteurs du calibre d’Ademir Cândido, Rodrigo Botter-Maio, Diana Miranda, Rubens Jacob, Rafael Lima, trio Kaiapó, Anne Florence Schneider, Mildred. Il participe aux festivals et concerts de Montreux, Bellinzone, Asconne, Fribourg, Flims, Vérone, Barcelone, etc. Il a été récompensé par un prix d’encouragement de l’association JazzKultur à Olten.

 

Tonico da Silva

Né à Salvador (Bahia), Tonico da Silva vivra à Rio de Janeiro dès l’âge de 8 ans. Tout jeune, il commence à pratiquer la capoeira puis jouera du berimbau et du pandeiro. Résidant près d’une école de samba, il allait écouter les répétitions chaque semaine et peu à peu, il commence à prendre goût aux instruments de percussions. Sa sensibilité et sa musicalité font merveille et il deviendra vite un percussionniste talentueux. A Rio, Tonico a créé le groupe «Remelexo», spécialisé dans la samba, la bossa-nova et le chorinho.

Il a côtoyé de grands artistes au Brésil, comme Beth Carvalho et il a enregistré avec Jorginho do Império, entre autres. Il a participé à la «Roda de samba Cacique de Ramos». En Suisse depuis 1991, Tonico a accompagné Ricky Martin, Phil Collins, Tania Maria, Diana Miranda, Rafael Lima, Rodrigo Botter-Maio, Ademir Cândido. Il participe aussi aux festivals de Montreux, Bellinzone, Vérone, Barcelone et d’autres encore.

 

Ademir Candido

Ademir est né à Porto Allegre, dans l’état du Rio Grande du Sud, au Brésil. Il commence sa carrière professionnelle de musicien en jouant de la batterie. Un peu plus tard, il focalisera son attention sur la guitare et c’est de cet instrument qu’il jouera désormais ainsi que du cavaquinho. Il donnera des concerts au Brésil et en Argentine, avec de nombreux groupes et de fameux chanteurs et chanteurs, comme Fafa de Belem.

Au milieu des années 80, il découvre la Suisse, pays où il réside depuis de nombreuses années. Il fondera différents groupes et jouera avec Herbie Kopf, Diana Miranda au Montreux Jazz Festival. Ses tournées le mènent en Allemagne, comme en Finlande, au Luxembourg ou encore en Italie et en Autriche.

François Sever

François Sever est né au Brésil, au sud de la capitale de São Paulo. Son premier contact avec la musique date de 1990, avec des amis de son quartier. Après quelque temps, il se consacre entièrement à la percussion. «Osvaldinho de cuica» a été sa première référence musicale et il lui apprendra divers instruments et rythmes brésiliens, dont la samba. Après quelques années d’études et de recherches, François développera ses propres techniques.

A Genève depuis 2005, il a eu le privilège d’accompagner plusieurs chanteurs et chanteuses dans différents styles de musique, en France, Allemagne, Italie, Londres, Portugal et Espagne. Il a participé à des événements importants comme le Montreux Jazz Festival, Brazil, Paléo Festival en 2008 (Village du monde), le Festival de musique de 2006/2007, la Fête Genève, le festival français (Musique du monde), le carnaval au Palladium.

A São Paulo (Brésil), il joue dans la bande de Douglas Sampa, Royce do cavaco et Thomas & Thiago. En tant que musicien indépendant, il a participé à plusieurs ouvertures de spectacles: Dudu Nobre, Négritude Junior, Arlindo Cruz et Sombrinha, Leci Brandão, Club do Balanço, Exalta Samba, Bruno e Marrone, Beth Carvalho et Jorge Aragão. François Sever a effectué plusieurs enregistrements avec des groupes de samba, chorinho, pagode, bossa nova, sertanejo, pop rock et jazz moderne.

Instruments: cuica/surdo/tamborim/pandeiro, etc.